2017-07-29

A Manosque, en 1675

Cette famille Aymar, je l’aime particulièrement, les noms et les prénoms de ces ancêtres me plaisent et je les retiens bien car ils n’appartiennent qu’à des personnes uniques. Ils sont souvent mal orthographiés et se cachent dans les relevés erronés.
Alors que les autres branches naissent, vivent et meurent chez nous, à Saint-Julien-le-Montagnier, ceux-ci me font languir avant de révéler leurs lieux de mariage. Mais ... quelles surprises ! ils me réservent alors :

Rostan Aymar et Magdalene Verdelette se sont mariés en 1640, dans la cathédrale Saint-Sauveur à Aix-en-Provence, je les ai rencontrés dans mon précédent billet.
Claude Aymar, leur fils aîné, a probablement été baptisé dans cette paroisse, mais les registres ayant disparu ce sera difficile à vérifier.

Décidément les situations se reproduisent, je trouve bien des similitudes dans le parcours de ces deux générations.

Manosque, Eglise St-Sauveur
Claude Aymar a épousé Hélène Capon(ne) en l’église Saint-Sauveur à Manosque, le 10/05/1675


Ah, si je pouvais avoir des ancêtres dans ces deux villes où j’aime me promener !


Nous nous trouvions à Manosque et nous sommes entrés cette église, typique du roman provençal, cet édifice prend dorénavant une importance dans notre histoire.

Manosque, église St Sauveur

Pourquoi le mariage a t-il été célébré à Manosque, alors qu'Hélène Capon est de Valensole ?
C’est d’autant plus étonnant que Marie, la sœur d’Hélène, s’est mariée à Saint-Julien, deux mois plus tard, le 12 juillet 1675.

Des donations à l’occasion de ce mariage
Les parents de Claude Aymar lui ont fait des donations à l’occasion de son mariage. Dans des actes passés chez le notaire à Saint-Julien le 8 mai, son père lui donne une terre au lieu-dit Serracaïe.


Lisons attentivement, car tout n’est pas donné intégralement :


«La vérité est que cette donation ne sera que pour la moitié de la terre que ledit Roustan Aymar possède aud[it] Serracaïe ne faisant lad[ite demission de pred que pour bonnes et certaines considérations et pour faciliter led[it] mariage promettant led[it] Claude Aymar ne se servir de donnation que pour la moitié de lad[ite]  terre et pour cet effect a obligé tous et chacuns ses biens presens et avenir à toutes cours requises soubs deubues renonc[iation]s et seret requis acte que a este fait et publié aud[it] St Julien
 […]
n’ont signé ny les parties pour ne savoir »


Dans l'acte suivant, sa mère, Magdalene Verdelette, fait ensuite donation de trente livres.



Claude a alors 35 ans et son épouse 24 ans.

Nous les retrouverons dans les prochains billets.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour le commentaire que vous laisserez !