2020-09-12

Une grand-mère efficace, entourée de veufs

Je suis Anne Simon, j’ai soixante-dix ans et je suis en meilleure santé que chacune des épouses qui ont  laissé des veufs autour de moi...


Cependant, je ne ferai pas le trajet de Barjols à Saint-Julien, le 24 avril 1820, pour assister au mariage de mon petit-fils. Je suis officiellement la seule représentante de sa famille puisque l’on sait que son père ne reviendra pas de son grand voyage outre-mer (voir billet précédent « Aucun acte ! »),

Mais pour la noce tout est arrangé, le notaire vient d’enregistrer la procuration que je donne à mon beau-fils Antoine. C’est lui qui me va me représenter pour témoigner de mon autorisation à ce mariage.

Mon petit Marcel (sosa 106) a appris le métier de boulanger, comme mon père. Je me suis occupée de lui et de ses deux sœurs. Hélas, sa mère est morte trop jeune, ma fille avait 31 ans.

Mon gendre Marcel (sosa 212) ne s’est pas remarié, il a préféré rester fidèle à Magdelaine (sosa 213). Nulle nécessité de chercher une autre épouse, puisque je pouvais élever leurs enfants.

 -°-°-°-°-°-°-°-

Je suis veuve de Pierre Claude Bagarry (sosa 426), maître maréchal-ferrant. Il était veuf depuis deux ans lorsque je l’ai épousé ; j’avais alors 19 ans, c’était en février 1770.  Au mois de juin, mon père Lazare Simon (sosa 854) s’est remarié à son tour.

Avec Pierre Claude, nous avons eu quatre enfants. Le parrain du plus jeune, Toussaint Antoine, c'est notre ami Antoine Faubert.  Pour sa marraine, on a choisi Françoise, la fille d’Antoine.

Antoine est aussi le parrain de ma petite-fille, et c’est moi la marraine d’Anne Marie Magdeleine.

Certains disent que parrain et marraine, cela ne doit pas se marier. Ne les écoutez pas !




En 1802, notre fils avait dix-sept ans, son parrain était deux fois veuf. J’étais âgée de 51 ans, je ne voulais plus rester seule, je l’ai épousé.

 -°-°-°-°-°-°-°-

Antoine est le fils d’Antoine et le père de Jean Antoine Faubert. Trois générations d’aubergistes portent le même nom ; on peut comprendre que l’auteur de ce blog fasse quelques confusions dans la famille recomposée de son aïeule !

Ce n’est pas un hasard si Marcel se marie avec la fille de l’aubergiste de Saint-Julien et nous en sommes heureux.

Je vais laisser ma descendante vous expliquer les unions que nous allons nouer avec la tante de Claire Audibert, la future épouse… Parce que, bientôt je ne serai plus là pour les voir se réaliser.

 -°-°-°-°-°-°-°-

Mon beau-fils Antoine a un fils qui se nomme aussi Antoine. Celui-ci va épouser Gertrude, fille de Cécile Audibert  et de Joseph Burle, maître boulanger.

Ces alliances entres familles d’aubergistes et de boulangers nous font tourner en rond, avec des veufs et des veuves qui ont une nouvelle vie.

Il apparaît que dans ces familles vivant à Barjols le veuvage survient fréquemment.

Alors qu’à Saint-Julien, les couples ne se recomposent pas, ils vivent plus vieux et le veuvage survient plus tardivement. La seule exception est Magdelaine Allier (sosa 429), celle qui a marié sa fille Cécile à Barjols. Et qui semble donc avoir greffé cette branche dans ma forêt. 

 

2020-08-28

Aucun acte !

Joseph Marcel Fave (sosa 84) n’est pas un inconnu. 

Mais au bout de treize ans de recherches, je n’ai trouvé ni son acte de naissance, ni son acte de mariage, ni son acte de décès, ni son testament.


Je pense à lui et à ses aïeux lorsque nous allons à Barjols. Il était cordonnier en 1796. Barjols est une cité célèbre pour ses fontaines, l’eau a permis de faire fonctionner des tanneries. Marcel, portant le prénom préféré dans ce bourg et travaillant le cuir, apparaît comme l'ancêtre typique de ce lieu.

Barjols, Var

1820

Son nom m’a été révélé lors du mariage de son fils Joseph Marcel, « fils majeur de feu sieur Joseph Marcel Fave ». Il est donc mort avant le 24 avril 1820.

Le maire de Saint-Julien a bien reçu ce jour-là les extraits des actes de décès de « feu Sieur Joseph Marcel Fave et feuë Demoiselle Magdeleine Bagarry, père et mère de l’époux ». 

1804

Magdeleine, sa jeune épouse, est morte le 15 juin 1804, elle a eu le temps de déposer son testament un mois auparavant. Sa petite Marie Magdeleine Joséphine l’avait précédée dans la tombe en 1802. Joseph Marcel est alors resté veuf avec leurs trois jeunes enfants ; son fils aîné avait huit ans, Thérèse Magdeleine Virginie six ans et Anne Marie Magdeleine quatre ans. Il devait être bien amoureux de sa femme pour donner son prénom à leurs trois filles.

Anne Simon, la mère de Magdeleine, que l’on sait très présente, a dû s’occuper de ses petits-enfants puisqu’il ne s’est pas remarié.

J’ai donc cherché le décès de Joseph Marcel entre 1804 et 1820. N’ayant pas pensé à me simplifier cette enquête et j’ai regardé les tables contenues à la fin de chaque année dans les gros registres des actes en ligne.

Je n’ai rien trouvé ! Enfin si, j’ai pu rectifier une grosse confusion concernant Anne Simon (dont je vous parlerai prochainement) et ajouter quelques personnes sur Barjols.

Il aurait été indispensable de voir leur acte de mariage pour remonter cette branche de nos ancêtres.

Rien, aucun acte … malgré des recherches renouvelées chaque été !

fontaine à Barjols
Fontaine à Barjols

29 prairial de l’an 03

Cette année, je retourne à Barjols. Puisque l’on trouve en ligne le contrôle des actes et enregistrement, j’ouvre les tables des contrats de mariage, c’est une piste que j’aurais dû consulter plus tôt. En effet, nos mariés ont bien établi un contrat avant leur union, le 29 prairial de l’an 03. Nous sommes en période révolutionnaire, tout en espérant que la recherche soit rapide, j’ai hâte de lire l’acte.

Hélas, le registre de l‘an 3 est justement le seul qui manque ! Toutefois, les références du notaire qui n’est pas maître Poitevin, mais Anicet Poitavin, vont me permettre de tourner les pages de ce contrat, il ne reste qu’à programmer un voyage aux Archives de Draguignan. J’ai trop envie de connaître le nom de mes ancêtres Fave.

Et si je consultais les tables des décès successives entre 1804 et 1820 ? Je ne suis pas sûre qu’il soit enregistré à Barjols puisque mes recherches  stagnent comme l'eau des lavoirs, mais essayons encore…


Une surprise de taille nous attend ! J’aurais pu supposer son décès dans une ville voisine, mais loin d'imaginer ce qui va suivre :

AD 83, Barjols, BMS, 1821

Lisons cette transcription, où l’on découvre avec un profond étonnement que notre ancêtre est mort 
le 3 janvier 1818
à Basse-Terre en Guadeloupeà l’âge de cinquante cinq ans, venu d’Europe depuis huit mois environ. 

-°-°-°-°-°-°-°-

2020-08-14

Un implexe serait le bienvenu

Ce billet est le troisième qui nous emmène à Pontevès

Reprenons le sentier de mes dernières découvertes estivales :

Les Bessillons


  • o     Sous la montagne de Barjols mon horizon s’agrandit, avec ce lieu d’origine de mes ancêtres qui devient un nouveau repère (re-père).
  • o  André Cordier ou Cordeilh (sosa 4634), fils d’Aubert et d’Honorade Garavagne  avait déjà quitté ce village en 1587, puisqu’il s’est établi à Marseille.
  • o  Un siècle plus tard, en 1684, Anne Layoun (sosa 1369), fille de Reimond et Margarite Mailhe, de Pontevès, a épousé Antoine Simon; elle l’a suivi à Barjols.

  

Il n’est pas impossible que ces familles de branches différentes 
ayant vécu dans le même village 
puissent remonter sur des ancêtres communs.

Un implexe ici me plairait bien.

La descendance d’André est demeurée à Marseille jusqu’au début du XXe. Marius, mon grand-père épouse alors Rose, ma grand-mère qui, tout comme lui, ne se doutait pas qu’elle avait des ancêtres originaires de Pontevès.

Un implexe serait le bienvenu, pour allier deux branches qui croissaient il y a bien longtemps. Je le verrai bien du côté de la famille Mailhe, (si Jeanne Malhe est vraiment la grand-mère d'André) mais je pense ne jamais pouvoir l’établir assurément, comme je l'explique dans ce billet : Sans aucune preuve, juste de l'intuition. C’est trop ancien et il manque des registres d’état civil.

Pontevès

 Je dois me pencher sur l’histoire de ce village lorsque leurs familles y habitaient. L’article Wikipédia (auquel j’ai déjà apporté des informations et des photos) nous apprend que la grande peste de 1384 fut terrible et décima la population. En cette année 2020, cette violente épidémie résonne singulièrement dans notre vécu. Les Pontois ont souffert et sont morts dans des circonstances que l’on imagine tragiques ; de plus, l’époque de troubles et de guerres pousse la population à déserter.

En 1477, pour repeupler son fief afin qu’il renaisse, le seigneur de Pontevès a fait appel une trentaine de familles de Montegrosso, dans le diocèse d’Albenga (Italie).

Aujourd’hui encore les habitants se souviennent que leur village est le fruit de ces brassages.

De toute évidence, mes ancêtres doivent être issus de tous ces hommes et femmes venus de Ligurie, et croisés avec les anciens Provençaux. 


Pontevès (Var)


J'ai pris cette photo sachant qu'André Cordeilh n'a pu voir l'église avec son campanile, construite en 1668, ni le château superbement rénové au XVIIe, dont il ne reste que les tours et son portail remarquable.


Pontevès 1669 

Et cette photo-là ... avant de pouvoir affirmer qu'une autre ancêtre, Anne Layoun, a été présentée sur ces fonds baptismaux qui portent la date 1669.

Pour cheminer dans cette enquête : 

La montagne de Barjols 

Sans aucune preuve, juste de l’intuition 

Un implexe serait le bienvenu

2020-07-26

Sans aucune preuve, juste de l’intuition !

Mes ancêtres originaires de Pontevès.

André Cordier a épousé Rose Cauvin, selon leur contrat de mariage passé à Marseille, le 2 novembre 1587.[1]

Ils ont eu une fille Clere CORDEAU ou CORDEL et ils ont assisté à son mariage, célébré dans l’église la Major à Marseille,  le 29 mai 1625.

Voilà tout ce que je sais d’eux !

André est mon sosa 4634, à la génération XIII. Il est né à Pontevès dans le Var. Ce bourg se situe à quelques 90 km, il est difficile d’imaginer le chemin qu’il a parcouru pour se rendre à Marseille, au XVIe siècle.

Pontevès et le massif des Bessillons
Pontevès et le Petit Bessillon

Nous sommes allés à Pontevès qui est tout près de notre village en Provence. J’ai déjà eu l’occasion de parler du massif du Bessillon dans le billet précédent. Pontevès se trouve juste au-dessous du Petit Bessillon.

Le nom de ce village évoque la puissante famille de Pontevès qui a essaimé en Provence. Les ruines de quelques-uns de leurs châteaux, à Pontevès, comme à Bargème, défient le temps et semblent protéger encore leurs villages qu’ils surplombent fièrement.

Pontevès, le château (Wikipédia photo de Marianne Casamance)

Les parents d’André, Aubert Cordier et Honorade Garavagne, sont décédés avant 1587.

Hélas, il ne me sera pas possible de remonter plus haut dans cet arbre, puisque les registres de baptême de Pontevès sont ultérieurs à 1676.

J’ai cependant découvert ces relevés de mariages dans les Archives du Var [2].

Mariages Cordeilh à Pontevès


Ce qui permet d'élaborer une hypothèse que je ne vérifierai jamais :

André s’est marié en 1587, je suppose qu’il avait entre 20 et 40  ans.

Aubert, son père, pouvait alors avoir entre 40 et 80 ans, donc il serait né entre 1547 et 1507.

Si Aubert est né, disons en 1527, son père est né entre 1487 et 1507, donc marié entre 1500 et 1527.

Alors,

Albert, marié le 25 février 1513, pourrait bien être le grand-père d’André.

André, marié le 21 juillet 1510, pourrait aussi être le grand-père d’André.

Les deux sont les fils d’Anselme. J’ai de fortes présomptions sur le fait qu’Anselme soit notre aïeul .

Pour ne pas conclure

Anselme Cordeilh, époux de Jehanne Malhe, a établi son testament [3], le 10 mars 1516, en désignant ses enfants : Gentile, Marguerite, Raymond, Raphaël, André, Albert.

Je vous présente ces individus : ils pourraient bien être les ancêtres d’André Cordel qui devait s’appeler CORDEILH à Pontevès.


Je suppose que son père Aubert est le fils d’André ou d’Albert, si l’on se fie aux prénoms. Donc Anselme Cordeilh et Jeanne Malhe ont toutes les chances d’être mes très vieux ancêtres…

 

Une pratique interdite aux généalogistes rigoureux

Comment dresser un arbre que je suppose être celui de mes ancêtres, mais que je ne pourrais jamais relier à ceux que je connais.

Ce billet apparaît comme l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire si l’on veut être un généalogiste rigoureux.

S’attribuer des ancêtres sans aucune preuve passe pour la pire des erreurs.

Bien sûr, mon intuition me dit que j’ai bien des chances que ce soit exact, mais je n’irai pas jusqu’à accrocher cette branche aux arbres de ma forêt. Je l’ai plantée dans un petit enclos séparé pour qu’elle n’aille pas se greffer à mes beaux arbres aux troncs bien assurés.

Et j’ai eu de la joie à jardiner ce petit arbre qui pousse à Pontevès.


Sources:

2020-07-21

La montagne de Barjols

Cette montagne dont la forme se voit de loin dans le Var, ma grand-mère me la montrait en disant : « Regarde la montagne de Barjols. Elle ressemble à un chapeau de gendarme »


Bien que les gendarmes ne portent plus ce couvre-chef depuis longtemps, nous avons tous continué à la désigner ainsi.

Les Bessillons
Les Bessillons

Dans le centre du Var, ce massif couvert de forêts, est dominé par le Gros Bessillon, haut de 813 m et le Petit Bessillon, constitué de deux sommets jumeaux.

Nous voulions randonner sur ces chemins et c’est à cette occasion que j’ai interrogé notre mémoire familiale.

Cette montagne est un repère dans notre paysage ; mais, pourquoi ne l’appelons-nous jamais le Petit Bessillon ?

...

« Regarde la montagne de Barjols, nos ancêtres viennent de là… » 
Annonçait ma grand-mère, en répétant certainement ce que lui enseignait Éléonore, sa grand-mère.

Nos Barjoulais de Barioulx (nos ancêtres de Barjols)

Marcel Fave, le père d’Éléonore, naquit à Barjols en 1796. Il était boulanger, comme beaucoup dans cette branche. La légende familiale raconte qu’il y avait des notaires dans cette famille Fave. Je n’ai pas encore pu les relier à notre ancêtre.

Malgré des années de recherches, je ne connais que le père de Joseph Marcel (qui se nommait aussi Joseph Marcel). 

Dans les registres, on rencontre tant d'individus portant le patronyme Fave et le prénom Marcel. De plus l'encre est parfois devenue illisible, cela complique la lecture pour certains actes.

nuages des prénoms
avec https://nuagedemots.co/

Voici les prénoms des ascendants de sa grand-mère, Anne Simon (sosa 171), ils ont été plus faciles à retrouver. 

Celle-ci, je l’ai rencontrée au mariage de son petit-fils où elle remplaçait les parents défunts. Elle apparaît comme une femme déterminée. Oh ! si commence à explorer sa vie, je vois que je pourrais lui consacrer un billet, je vais donc continuer à chercher son acte de décès après 1824 et vous en parler plus tard.

Ce billet a été l’occasion de compléter notre arbre. Je dois encore prendre le temps de lire quelques contrats de mariage et d’aller en retrouver d’autres, car les AD 83 en conservent beaucoup de fort anciens. 

Ascendants de mon sosa 42

L’arbre des huit générations est ici simplifié. J’ai constaté dans ces familles un nombre de veufs ou de veuves qui se remarient plus important que dans d’autres branches. Des deuils et des joies que l’on devine en lisant les registres d’état civil.

Le Petit Bessillon

 restera pour nous la montagne de Barjols, celle qui veille sur tant de nos ancêtres. Ils ont vécu dans ce bourg toujours apprécié pour ses fontaines, où nous aimons nous promener pour trouver la fraîcheur.

Nous nous rendrons ensuite dans le village voisin, à Pontevès...

où je ne m’attendais pas à découvrir des ancêtres d’une autre forêt généalogique, celle de nos Marseillais, qui sont eux aussi nés au pied de cette montagne.

Ce sera l’objet du billet qui va suivre, il est intitulé : Sans aucune preuve, juste de l'intuition.

Voici  des billets que j'aime bien, ils nous emmènent à Barjols :


2020-06-27

Le 27 juin 1737

Les journées de juin s’étirent longues, lumineuses et tièdes, en Provence.

Ils sont charmants ces amoureux qui entrent dans l’église de Saint-Julien !

Honorade, tout juste vingt printemps, depuis trois jours. François n’a pas encore dix-neuf ans. Rien ne pressait pour la noce, Honorade est une cadette, elle a choisi son François bien jeune.

François est tisseur, il porte un costume de drap neuf. Il admire son Honorade, ravissante, « ornée d’un habit nuptial de la valeur de 24 livres qui a été fait à frais communs et qui demeurera au survivant des dits époux ».

AD83_ Contrat mariage : François Aymar X Honorade Pellas


Ils espèrent un avenir heureux : 63 ans vont se dérouler à vivre ensemble.

Honorade va porter longtemps sa belle robe...

François Aymar et Joseph, frère aîné d'Honorade Pellas


Ce billet est ma participation au défi 27/6  proposé par Geneatech

Raconter en 100 mots environ, un événement survenu un 27 juin, dans la vie de mes ancêtres. 


François Aymar est mon sosa 350 ; Honorade Pellas, sosa 351, à la génération IX.

Je leur ai rendu visite :

Dans l’atelier d’un tisseur à toile en Provence


2020-06-12

Un R

Si l’on prête l’oreille, on entend chanter un air ancien dans cette forêt du Jura.
Remontons les siècles à la recherche d'un patronyme oublié.
Pour découvrir que nous avons gagné un R supplémentaire.
Un air de famille…

Charix (Ain)

Ce paisible paysage rendait-il heureux, Félix, l’ancêtre qui demeurait ici ?

Félix Chartron vit à Charix.
Chuchotons cette allitération sur la route de Charix.

 

On dit que cette commune, se trouvant sur une très ancienne voie « la vy des chars », en aurait gardé le toponyme.  
J’ai pendant longtemps échoué à remonter cette branche, établie à Lyon à la fin du XVIIIe siècle. Ce patronyme est celui de la grand-mère de mon mari, il a été quelque peu négligé dans la mémoire familiale : " On ne sait rien des Chartron ! " Bien sûr, cette affirmation m’a donné envie d’explorer cette forêt généalogique !
Lorsque j’ai découvert que Pierre Joseph Chartron était né à Charix, Euréka ai-je dit ! D’autant plus que cet homme est à la fois le sosa 224 et 230 de mon époux.

Nous sommes allés randonner aux confins de l’Ain et du Jura.
Connaissant encore peu de choses de cette branche au XVIIIe, je n’avais guère d’histoires à raconter. Nous avons décidé d’apprécier le paysage, les sombres forêts de sapins, les vertes prairies où broutent les vaches, l’air vivifant dont nous avions besoin en ce printemps 2020.

Lac Genin

Une balade autour du lac Genin, en suivant la légende de la Vouivre, en contournant les tourbières, en marchant dans les bois de hêtres et d’épicéas, voilà ce que j’ai proposé à leurs descendants, pour qu'ils respirent le même air que leurs ancêtres.


Pour ma part, je me trouve bien étrangère dans cette région qui n’est pas celle des miens. Alors, j’ai grandement apprécié d’entendre mon fils s’exclamer : “Comme j’aime ce paysage ! Je m’y sens très bien." Cela me récompensait d’avoir proposé cette idée de retour vers ses racines. 
Bien sûr, les sorties sont pour moi des prétextes à la généalogie. Pourtant, je me demandais ce que je pourrais bien écrire sur cette branche peu feuillue que je n’avais guère développée.


Un détour par le village d’Apremont où est née, en 1664, Andréane, la grand-mère de Pierre Joseph, m’a fourni quelques photos permettant d’imaginer leurs maisons, il y a trois siècles.



Nous sommes évidemment entrés dans le cimetière de Charix où j’étais sûre de rencontrer des dizaines de Chartron, puisque les pages des registres semblaient indiquer que le berceau de ce patronyme en a vu naître et mourir beaucoup.
Et là : aucune tombe n’abritait ce nom ! Des Chatron oui, mais pas de Chartron. 
Nous avons ri de ma déception, j’ai alors pensé que seule cette variante avait prospéré au XXe siècle.

De retour devant ma forêt numérique, j’ai ouvert la page qui m’a appris l’origine de Pierre Joseph Chartron, afin de retrouver l’émotion ressentie lorsque je l’ai lue il y a plusieurs années. 

27 /01/1757 à Lyon
Pierre Joseph Chatron et Marguerite Sauzion, le 27 /01/1757 

Cet acte de mariage, passé à Lyon, me donnait des pistes intéressantes, utiles, mais difficiles à suivre.
Chary en Bugey = Charix
Son père est Félix Chatron, le nom de sa mère, Jeanne Hurisson, est erroné (Hurisson = Husson ou Usson). 
En regardant de plus près notre patronyme Chartron est ici : Chatron !

Sur son acte de décès, le 13 thermidor de l’an 5, il est bien précisé qu’il naquit à Chary, près Nantua. A ce moment-là, ... il est appelé Chartron.
Donc, voilà qui montre l’intérêt de lire et relire attentivement les actes, car cette transformation de patronyme m’avait échappé jusqu’à aujourd’hui ! 💥😵

Allons voir de plus près les registres de naissance de ses enfants :
Sur les cinq enfants que je connais, je n’ai trouvé que deux actes.


Le 3 février 1758, pour le baptême de sa fille Benoîte Chartron, le père signe Chatron. (Et moi qui n’avais pas remarqué le R discordant)


Douze ans plus tard, le 8 février 1770, pour la naissance de Jeanne, il signe Chartron, la dernière syllabe est douteuse, mais il a bien intégré le premier R.



Ce n'est pas tant le changement d'orthographe qui me chiffonne, les variantes de nom sont une découverte basique dès les premières recherches généalogiques, mais comment n'ai-je pu découvrir celui-ci qu'aujourd'hui, en rentrant de cette belle excursion dans le village d'origine dont je rêvais depuis plusieurs années !
Il me reste à poursuivre cette enquête avec d’autres documents, comportant la signature du premier aïeul qui a porté les deux versions du patronyme, pour en voir l’évolution.

2020-05-21

Salut l'artiste !

Si je n'avais pas fait de recherches pour élargir mon arbre généalogique, 
j'ignorerai que l'oncle Thomas est un artiste.
J'ai longtemps parcouru le MBA de Lyon sans m'arrêter devant ses œuvres...

Avec ce généathème, je vous propose une visite du musée, à la rencontre de Thomas Blanchet.
En cliquant sur la flèche à droite  >  déroulons la présentation (réalisée avec Canva). 


Salut l'artiste ! par Briqueloup


Voir aussi sur le site du MBA, en suivant les liens :
Nicolas Poussin, La Fuite en Egypte

Puis les œuvres de Thomas Blanchet dans la collection des peintures françaises du XVIIe au  MBA
en particulier leur acquisition récente : Le Sacrifice de la fille de Jephté 

Je vous conseille de regarder cette superbe vidéo qui détaille "le sacrifice de la fille de Jephté"  en analysant le tableau de Thomas Blanchet 
Ainsi que l'exégèse qui explique comment un père se prive de sa généalogie : "La fille sans nom, la fille de Jephté" : 

Parmi les billets de la série Thomas Blanchet, celui-ci :
Des rendez-vous dans l’escalier des Dames de Saint-Pierre

Au mois de mai, on peut encore relire ce billet inspiré par l'actualité du mois de mai 2019 :
Le May de Thomas pour Notre-Dame


2020-05-19

Du balai et des balades


Ce printemps apparait propice pour effectuer un peu de ménage dans La forêt de Briqueloup, et ensuite sortir pour de belles balades au soleil.


Mon blog a profité d’un léger lifting. Son adresse est simplifiée : briqueloup.fr

Un nouvel onglet rassemble dans « Mes Séries»  tous les épisodes qui constituent mes enquêtes préférées.

Puisque j'ai lu beaucoup au cours de ces dernières semaines, 
j’ai ajouté le widget qui présente mes lectures, dans ma bibliothèque sur Babelio.


Il était temps de faire un dépoussiérage pour éclaircir la page d'accueil
et vous donner envie de vous attarder sur les histoires de ma généalogie.


carturadesign@tiscali.it

J’ai aimé retravailler certains billets, améliorer la forme, le style. Et associer davantage de liens (comme le suggère Marine dans les conseils qu’elle partage sur Geneatech).


Promenades à Lyon 
Ouvrons la porte et allons marcher dans la ville qui se réveille.



Je vous propose de me suivre pour découvrir quelques textes revisités :


(dans un rayon d'un km !)

Et vous,  les généablogueurs, 
n'auriez-vous pas envie de remettre à jour d'anciens billets que vous avez écrit, comme une balade que l'on aime refaire en toutes saisons ? 

2020-05-09

Ex-voto

« Mettre un cierge à Fourvière »

Au-delà de l’expression qui engage comme un vœu pieux, offrir de la cire et de la lumière à la Vierge de Fourvière est une pratique fort ancienne. On « monte à Fourvière » pour obtenir une guérison, une réussite, un accouchement sans problème…

Individuellement, en famille, en procession portant des flambeaux, nos ancêtres lyonnais ont sans doute maintes fois gravi le chemin qui serpente pour atteindre la basilique, bien avant que celle-ci soit érigée.


Le clocher d'Alphonse

Sous le clocher que le cousin Alphonse-Constance Duboys a construit en 1852, la chapelle Saint-Thomas de Lyon abrite une bonne mère plus réservée que celle qui brille sur le clocher, elle veille sur les croyants qui lui offrent leur foi. 

Vous pouvez lire l'article racontant cette émouvante période de la vie d'Alphonse :
Le clocher d'Alphonse Duboys à Fourvière




Nos aïeux étaient-ils pratiquants ? Comme la majorité des Lyonnais, sans doute.
Leurs fratries ont fourni quelques religieux, certains de leurs descendants restent tellement discrets que je n’ai pas encore trouvé leur parcours au-delà de leur baptême. Peut-être leur âme demeure-t-elle toujours en prière dans l’un des anciens couvents de Lyon ?

Les sœurs religieuses
Voici, parmi les tantes celles auxquelles je pense souvent, car elles ont vécu près de chez nous :

Clémence Margaron a prononcé ses vœux au couvent des Carmélites en 1727. Je vous invite à monter la côte des Carmélites avec elle en lisant ce récit :
Clémence et les Carmélites

Dans la deuxième moitié du XIXe, les deux sœurs de Thérèse Mital (sosa 45) n’ont pas atteint l’âge de 30 ans. Leurs vies, trop brèves, se consacrent au service des pauvres et des malades :
Élisa, sœur de la Charité, vivait au sein de la communauté de St-Vincent de Paul.
Victoire Julie était une religieuse visitandine.
Pour mieux comprendre pourquoi elles sont touchantes, voici leur histoire.
Elisa et le soeurs sur le quai de Saône

Leur beau-frère Casimir Chartron (sosa 43) détient un record avec ses filles, puisque trois des six qui ont vécu sont devenues religieuses :
Julie Marie Camille, religieuse du Cénacle.
Berthe Marie Louise, en religion sœur Marie du Christ, demeurait au couvent du Carmel à Écully.
Clotilde Marie Camille, religieuse du Cénacle.

Maison du Cénacle, place de Fourvière

Je suis passée tant de fois devant cet bâtiment des sœurs du Cénacle, sans penser à elles, alors que je les ajoutais dans notre arbre. Cette maison est celle de Thérèse Couderc, vénérée à Lalouvesc, lieu de pèlerinage en Ardèche, proche de chez mes ancêtres maternels. Ceux-ci auraient pu la croiser tout comme Jeanne D. une autre cousine qui séjournait dans ce bourg chaque été et qui a dû les rencontrer.

En 1911, Camille Chartron (laquelle, puisque plusieurs de ses sœurs portent les mêmes prénoms ?) écrit à sa nièce, relayant l’inquiétude de son entourage, puisque Thérèse n’a pas encore d’enfant, alors qu’elle est mariée depuis deux ans.
« Priez beaucoup la Ste Vierge… La vierge noire et miraculeuse de Fourvière et elle vous exaucera et vous donnera une famille que vous élèverez pour le Bon Dieu. »
Le vœu a été réalisé au-delà de ses espérances, cependant il a fallu attendre juillet 1914 pour que Thérèse et Fabien donnent naissance à l’aînée de leurs sept enfants.


Il est temps de pénétrer dans la chapelle, où se trouve la Vierge noire toute puissante.

La Chapelle Saint-Thomas de Fourvière

Écrasée par la jeune basilique qui date de la fin du XIXe, se trouve une très vieille église, lieu de pèlerinage depuis le XVIIe.


Le Vœu des Echevins, 1653

Une plaque en marbre, et un vitrail rappellent le vœu des échevins demandant à Marie de  protéger Lyon de la peste en 1653. Ils avaient aussi commandé une Vierge à l’Enfant, au sculpteur Jacques Mimerel, ami de Louis et de Thomas Blanchet.
Ces artistes ont réalisé plusieurs tableaux avec des sujets religieux, pour des églises ou des couvents de Lyon.
Le chef d’œuvre peint par Thomas Blanchet, pour le May de Notre-Dame de Paris a survécu et je le raconte ici : Le May de Thomas pour Notre-Dame.

Sur les piliers et les murs de la chapelle, les ex-voto

J’ai cherché sur les piliers, au milieu du nombre considérable de plaques posées en remerciement de vœux ou autres guérisons, à reconnaître des noms connus. Ce sont de discrètes initiales avec des formules lapidaires  : "Merci Marie". 
Encore plus intéressants, mais difficiles à admirer dans la pénombre et la hauteur de la voûte, de précieux tableaux souvent naïfs dessins d’intérieurs de familles lyonnaises. Il y a aussi des canevas brodés au point de croix qui disent la gratitude des femmes. De chaque côté de l’autel brillent des cœurs votifs, en argent recouvert d’or.

Cœurs votifs, Fourvière

Cela me plairait bien de retrouver des traces de démarches votives d’anciens Lyonnais de nos familles. Cela apporterait des indices, comme une petite flamme permettant de mieux connaître leurs sentiments et de retracer leur vie, quotidienne où émaillée d’événements dramatiques.

Et vous, avez-vous trouvé des ex-voto offerts par vos ancêtres ?


Bibliographie

Les ex-voto de Fourvière « Do ut des » démarches votives lyonnaises,  Bernard Berthod, Elisabeth Hardouin-Fugier, Editions La Taillanderie, 2008.