2020-11-12

K-rue Kléber


Le 27 août 1880, voilà une femme heureuse qui sort du numéro 7 de la rue Kléber, à Marseille

Sa mère, Rose Deleurye, veuve de Toussaint Nicolas, habite à cette adresse avec sept enfants. L’aînée est Marie Nicolas, c’est mon arrière-grand-mère. (Sosa 9)

Marie Nicolas


Elle marche d’un pas léger, pour acheter peut-être du fil à coudre, car elle devrait terminer quelque ouvrage. Je possède des marques qu’elle a brodées sur le linge de Marius, mon grand-père. Sur des draps et des nappes rangées dans ma maison, je lis le monogramme MN ; mais puisque mes deux arrières-grands-mères ont les mêmes initiales, je ne sais lequel fait partie de son trousseau.

Aujourd’hui, elle fête son 37e anniversaire. Toujours pas mariée… une femme avec autant de qualités ? disent les commères qui la voient passer. Remarquez, ajoute une autre, aucun de ses frères et sœurs n’ont encore quitté leur mère pour s’établir en couple.

Marie relève la tête, un sourire illumine son visage, c’est encore trop tôt pour l’annoncer, mais elle a commencé les préparatifs.

Le capitaine Bruno Bancala l’a demandée en mariage, elle a accepté et la date est fixée au 28 janvier prochain, dans cinq mois exactement.

Elle va habiter chez lui au 43 rue Hoche, c’est vraiment tout près. Ils ont pu se croiser souvent dans le quartier du 3e arrondissement à Marseille. Bruno est veuf depuis deux ans. Elle sait qu’elle va bien s’entendre avec Baptistin, un jeune marin de 19 ans. La petite Marie a onze ans, elle a encore besoin d’une présence aimante, lorsque son père part en voyage au long cours.

Elle espère avoir sans tarder des enfants à elle, pour agrandir la famille de Bruno qui est déjà âgé de 55 ans. Il a été triste de perdre ses jumeaux à la naissance. Elle serait fière, si elle pouvait lui donner deux garçons… *

Voici la signature de Marie Augustine Rose Nicolas, le jour de son mariage.

Il est étonnant de la voir nommée soit Marie soit Irma sur les recensements. Marie en 1856, rue Desaix. En 1872 et 1881, rue Kléber. (Irma en 1876, rue Kleber).

Et sur son faire-part de décès, dans Le Petit Marseillais du 21 avril 1917, elle est nommée Irma.

Remarques :

J’ai imaginé cette balade dans la rue Kléber le 27 août. J’ai aimé mettre en scène mon arrière-grand-mère. Ce qui est certain, c’est qu’elle a épousé mon arrière-grand-père le 28 janvier 1881. Le temps des fiançailles ne durait pas longtemps, il est possible que rien n’ait encore été décidé au mois d’août, alors que je prends la liberté de l’annoncer.

* Marie et Bruno auront deux fils : Marius en 1882 et Joseph en 1883.

Les recherches pour rédiger ce billet m’ont appris que Marie se faisait appeler Irma. Je ne m’attendais pas à cela.


J’ai rédigé une lettre que j'aurais aimé recevoir de Marie : 

https://www.briqueloup.fr/2015/06/m-marie.html



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour le commentaire que vous laisserez !