2020-11-13

L_Saint-Laurent

Saint-Laurent est la paroisse des pêcheurs. Je me suis laissé dire qu’autrefois, les habitants tournés vers la mer Méditerranée étaient attachés à leur quartier et ne se déplaçaient pas à l’intérieur de la ville de Marseille.

Bococo, CC BY-SA 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0> Wikimedia Commons


Plusieurs familles de mes ancêtres sont des patrons pêcheurs, ils possédaient une barque qu’ils se transmettaient de père en fils.


Le 12 octobre 1732, dans l’église Saint-Laurent, François Bouis a épousé Élisabeth la fille de Pierre Estienne, patron pêcheur comme lui.

Jean Bouis, le père de François, ainsi que ses frères Louis et Pierre, sont patrons pêcheurs et prud’hommes. On retrouve leurs signatures sur beaucoup de documents.


La corporation des pêcheurs est très ancienne et fort puissante. Leurs chefs, les prud’hommes sont élus parmi les hommes d’expérience, réputés les plus sages de la communauté. Ils jouissent alors de l’autorité morale et de prestige.  Ils représentent les pêcheurs, ils administrent  un territoire de pêche, ils veillent au respect des usages et gèrent les différents et les délits. La prud’homie est une cour de justice locale, omnipotente. [1] C’est une société de secours mutuel qui apporte son aide aux veuves et aux orphelins, aux pêcheurs malades.


La Pêche miraculeuse 

Ce tableau a été peint pour la corporation des pêcheurs, dont saint Pierre était le patron. Mes ancêtres à la génération 10 ont sans doute vu son accrochage dans l’église Saint-Laurent.

La Pêche miraculeuse Barthélemy Chasse (Naples, 1659- Marseille 1720)
https://dossiersinventaire.maregionsud.fr/gertrude-diffusion/dossier/tableau-la-peche-miraculeuse/f6207f67-e866-42f8-becf-a5757ef724ba#presentation


A la même génération 10 que Jean Bouis, mon sosa 308, se trouvent d'autres ancêtres dans le même quartier. 

Jean Jouve, mon sosa 634, était lui aussi pêcheur prud’homme. Il vivait à la même époque dans cette paroisse Saint-Laurent où le 11 juin 1724, sa fille Élisabeth Jouve (sosa 317) a épousé un pêcheur, Joseph Martin (sosa 316).

 

Quant à mon aïeul François Bouis, j’ai la tristesse de vous annoncer qu’il est "décédé sur mer, faisant la pêche aux Saintes"Maries de la Mer.


Entrons dans la maison de ses parents 

Jean Bouis et Madeleine Arnoux, en 1738

Rue Figuière




[1] Annie-Hélène Dufour, Pêcheurs et prud’hommes,1988

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01814872/document

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour le commentaire que vous laisserez !