2021-05-21

Toinette Daurolles

Proposé par Geneatech, le généathème du mois de mai nous invite à parler des mariages successifs. 

Dans le billet précédent, vous avez été émus par la noce de Louise ; maintenant, allons voir les deux mariages du côté de sa mère.

 


Antoinette et André

Antoinette est-elle belle ? Est-elle riche ? Dame Anthoinette Daurolles posséde sans doute ces deux qualités et bien d’autres.


Eglise St-Pierre St-Saturnin à Lyon

La voici ce vendredi 10 janvier 1670, admirez-la, elle est rayonnante, elle porte admirablement ses 38 ans. Elle sort de l’église Saint-Pierre, au bras de son nouvel époux. Elle doit le trouver jeune, en effet André Vermant a 25 ans. C’est un beau parti, un avenir plein de promesses s’ouvre devant lui. Il débute comme commis au greffe. Ensuite, il exerce comme premier Huissier Audiancier aux Gabelles du Lyonnois,  en juin 1688. Il contrôle aussi les faussaires pour la police des arts et métiers de Lyon.*

Après la bénédiction nuptiale, les témoins vont signer le registre.


Voyez encore leurs signatures l'année suivante, lorsque Toinette est la marraine de son petit-fils : 

Vermant prend son temps pour étaler un paraphe qui n’en finit pas de s’enrouler sur le A de son prénom. 


Antoinette s’applique à attacher les lettres Toinette Daurolles avec une écriture soignée, appuyée, régulière, féminine, élégante.

 

Toinette a pour témoin son gendre, sieur Louis Blanchet, maître peintre (sosa 2850).


Louis aurait presque le même âge que sa belle-mère; s’il est né en 1633 à Paris, elle doit avoir à peine un an de plus que lui. 

 

Revenons dix-sept mois auparavant, lorsqu'il est entré dans la famille.

Toinette et Damien Balley (sosas 5702 et 5703) préparent le mariage de leur fille unique, Louyse Balley, qui va être célébré le 26 juillet 1668. 

Comment ont-ils pu donner si précocemment leur jeune Louyse ? La damoiselle n’a même pas accompli ses 14 ans, Louis Blanchet est aagé de 35. Bien sûr, il est déjà un peintre reconnu, il travaille avec son frère pour des commandes importantes comme celle de l’Hôtel de Ville de Lyon où travaille la famille Daurolles. Louis reste dans l’ombre de Thomas dont il n’a pas le talent. Les deux frères semblent bien s’entendre, on les retrouve souvent associés ; en tout cas, la solidarité familiale joue pour eux.

Je n'ai pu m'empêcher de considérer Antoinette Daurolles comme une mère indigne. Qu'en pensez-vous ? Le 9 juillet 1668, elle enterre son mari Damyen Balley. Le 26 du même mois, elle marie sa fille Louyse. Alors, le premier août, s’est-elle souvenue qu’elle lui donna naissance quatorze ans plus tôt ?

 

Louise

Louise n’a pas pu s’opposer à ses parents qui avaient décidé son mariage. Elle avait alors treize ans, elle allait épouser un homme, peut-être gentil, mais qui avait l’âge de sa mère.


Damien avait expliqué à sa fille qu’Antoinette avait seize ans lorsqu’elle lui a dit oui, le 17 juin 1649. 

Damien Baley et Antoinette Daurolles, 1649.


- Mais mon père, c'est différent, tu lui plaisais, tu avais 19 ans ! 

- C’est vrai, nous étions bien jeunes. Je travaillais comme marchand à la Coste Saint-Sébastien. Mon père m’avait associé à son négoce et donné une maison à l’occasion de notre contrat de mariage. J’ai été un bon fils et je lui obéissais.

 Sache que c’est pour garantir ton avenir que, ta mère et moi, avons décidé ton mariage.

 

* Note à propos d'André Vermant

2 commentaires:

  1. A cette époque et là dans un milieu favorisé, les parents tenaient à établir au mieux leurs files, et les jeunes veuves préféraient ne pas conserver cet état...

    RépondreSupprimer
  2. Je pourrais ajouter que ce n’était pas un mauvais plan, car j’ai épousé un de ses descendants.

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !