2022-11-04

D_ Détruire les lettres

 


D

 

ans sa dernière lettre, que sa famille devra découvrir après sa mort, Antoine demanda à Fanny de détruire les lettres que sa chère Marie a écrites.


 

Antoine donna des consignes précises :

« Je désire que les lettres écrites par ma femme adorée soient brûlées si elles ne peuvent être enfouies avec moi. »  

Antoine l'aviateur, jeune veuf envahi par le chagrin se proposait pour effectuer les missions les plus dangereuses. Il voyait ses camarades disparaître. Il avait pris la précaution d’écrire ses dernières volontés.

Notre valeureux pilote tomba au cours d’un combat aérien le 16 juin 1917; il fut d’abord été enterré à Commercy, dans la Meuse. Plus tard, il a rejoint Marie, sa jeune épouse déposée dans le tombeau familial à Chambéry. Leurs lettres se trouvent-elles là ?

 

«Fanny a le dépôt de ces lettres »

Fanny respecta les volontés de son beau-frère. Très proche de sa cadette, elle a veillé aux côtés de Marie jusqu’aux derniers jours. Marie faiblissait. Fanny tenait la plume sous sa dictée, lorsqu’elle n’avait plus la force d’écrire à Antoine.

« Les dernières écrites par ma Bien Aimée quelques jours avant sa mort et que j’aies [sic] sur moi, seront conservées pour les faire lire à mon Cher Petit Paul lorsqu’il sera en âge de comprendre.» 


Marie s’éteignit le 26 avril 1917, laissant son petit Paul sous la responsabilité de Fanny qui s’en occupait déjà, depuis sa naissance en mai 1914.


Paul et sa tante Fanny


Fanny resta célibataire, elle tenait une papeterie maroquinerie à Chambéry. Elle éleva son neveu Paul.

Elle n’eut pas la chance de vivre une relation aussi forte que ce jeune couple très amoureux.

Fanny a lu leurs confidences trop intimes. Parmi les précieuses lettres qui sont rangées avec son voile de mariée dans la boîte des souvenirs, Marie faisait quelques allusions à des retrouvailles chaleureuses lors des permissions d’Antoine.

Fanny détruisit ces lettres-là et conserva les dernières, comme Antoine le souhaitait pour son fils.

Par chance, Paul nous les a transmises.


Elles sont si tristes les histoires d’amour d’Antoine et Marie :

Antoine, un As de l’aviation

Marie, jeune épouse dans son nouveau foyer

S’envoler  

Détruire les lettres 

Un  télégramme redouté 

 

6 commentaires:

  1. C'est très émouvant et quelle chance d'en avoir quelques unes.

    RépondreSupprimer
  2. Que c'est triste, et que c'est beau...

    RépondreSupprimer
  3. Ça résonne en moi qui suis en train de lire les lettres échangées par mes parents (récupérées avec leur bénédiction) Sur quelques années, j'y décrypte l'histoire de leur rencontre et comment leur couple s'est construit, je suis heureuse de les avoir sauvées...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai le souvenir de grand feu dans le jardin, mes parents brûlaient les lettres et autres papiers. Quel dommage !

      Supprimer
  4. Je me suis toujours posé la question de la conservation de telles lettres... J'ai retrouvé des lettres de mes parents que j'ai jugé trop intimes. Destruction ou pas ?
    Je comprends donc tout à fait les dernières volontés d'Antoine, retranscrites ici avec émotion.

    RépondreSupprimer
  5. Je reste sans voix à ce beau texte, je comprend la position d'Antoine, les échanges liés à une relation profonde relèvent d'un jardin secret, je pense aussi à cette tante Fanny

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !