2021-11-04

D_Dormir dans de beaux draps


Célie n’était pas heureuse, notre grand-oncle Marius ne laisse pas le souvenir d’un homme bon.

Je dors dans leurs draps monogrammés aux initiales MM, celles de Marius Mounier.



Le 14 février 1896, Marie Célie, avait 27 ans, elle épousait Marius âgé de 30 ans, le fait qu'il soit propriétaire passait peut-être pour un gage de confort de vie. Entrant dans une famille qui est estimée dans la région, elle pensait faire un beau mariage.


Célie a dû emporter son trousseau personnel lorsqu’ils se sont séparés. Elle ne voulait plus subir les violences de son mari. Je crois bien qu’elle a laissé cette pièce marquée MB = Mounier Brouty.


Plus simple et plus ancien, ce drap en lin avec une couture au milieu appartient à Marius Mounier, ou peut-être à sa sœur Marie restée célibataire. 


Les sœurs de Marius se sont mariées en 1907 et 1911. Elles possédaient de magnifiques parures de lit que je range avec soin.

Lucie n’a pas eu d’enfant, ce sont ensuite ses neveux qui ont usé ses draps au monogramme DM.

Celui-ci est inscrit dans un cartouche en demi-cercle au point de bourdon.


Dans un losange, une diagonale de six ronds décroissants au point de bourdon.



Constance est ma grand-mère. Son linge de nuit comporte les patronymes de mes grands-parents : MF. 

Celui-ci est orné de trois rangs de jours de Venise, ponctués de points de bourdon. 

 


J’aime dormir et rêver dans leurs draps de lin, de métis écru ou de coton fin, lavés, repassés, puis photographiés et inventoriés avec soin. J'avais cru que les jeunes filles confectionnaient elles-mêmes leurs trousseaux. Pourtant en écrivant ce billet, je découvre des ouvrages similaires dans les sites spécialisés qui qualifient les thèmes d'art déco, ce qui correspond à leur époque. L'avaient-elles commandé en ville ou brodé selon la mode ?

Je m’étonne que d’aussi beaux linges de maison proviennent d’une famille qui demeurait dans un village endormi dans les montagnes au nord du Vivarais.


Voir sur ce thème :

Ouvrages de nos aïeules

Trousseaux et contrats de mariage


13 commentaires:

  1. Pour du beau linge, c'est vraiment du beau linge !!! j'adore ces anciens draps et toutes leurs broderies

    RépondreSupprimer
  2. J'adore les beaux draps. Tu me donnes envie de sortir ceux que je possède pour en faire aussi l'inventaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les prendre en photo, avec la traduction des monogrammes, pour que nos descendants s'y retrouvent. Ensuite il ne reste plus qu'à raconter leurs histoires...

      Supprimer
  3. Je possède une nappe damassée au monogramme de mes parents: D M pour Dumonceaux - Mangou et c'est le même que celui de Lucie.

    RépondreSupprimer
  4. Ha ces fameuses broderies ... Que d'heures passées pour préparer son trousseau

    RépondreSupprimer
  5. Quelle merveille ! Et quelle chance... Moi j'en ai mais rien de ma famille et comme je suis trop fainéante pour le repassage, je le utilise en rideaux et en abat-jour. Au moins je les ai toujours sous les yeux.

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ce partage de trousseau, cela fait rêver

    RépondreSupprimer
  7. Super idée de raconter son histoire familiale à partir des monogrammes du linge ! C'est très plaisant, merci !

    RépondreSupprimer
  8. Oh superbe ! Ça me donne une idée à rajouter dans mon challenge ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Magnifique ! Et les photographier, inventorier et expliquer ce que c'est est une excellente idée, à appliquer aux objets de famille.

    RépondreSupprimer

Merci pour le commentaire que vous laisserez !